Fonctionnement         


Discrépances s’appuie sur une immersion de l’usager : avec un travail de composition sonore venant épauler la narration, le visiteur a la sensation d’être au milieu d’une histoire en train de s’écrire dans la tête de quelqu’un d’autre et d’y participer. La voix off rapproche le spectateur du territoire dans lequel il se trouve. Le fait de marcher, de se déplacer avec le smartphone, permet au dispositif d’opérer la magie : l’interaction entre le paysage réel et les éléments audiovisuels propose une réinterprétation du paysage dans lequel l’usager se trouve.

En téléchargeant l’application, l’usager dispose d’une carte avec des POI (points d’intérêt) où il pourra localiser les différents débuts d’expérience. Chaque point correspond à une photographie ou un symbole, qui reconnu par l’application, lancera la séquence.

Le visiteur sera ainsi guidé par un ou plusieurs personnages de l’histoire, à travers un parcours balisé et à l’aide de TAG à flasher, qui seront reconnus par le smartphone. Le personnage incarnera une présence fantasmagorique, mystérieuse, amenant à une découverte singulière du lieu pour le visiteur. L’usager sera également guidé par la voix off du personnage l’accompagnant dans l’aventure. Une composition musicale viendra ponctuer le parcours immergeant le visiteur dans la proposition fictionnelle créée par Flux(o).




Le tournage


Le tournage doit être fait sur les lieux (in situ) où les actions se déroulent pour préserver au maximum la correspondance avec le lieu de diffusion. La mise en scène est pensée en mouvement par le biais de plans-séquences et de mouvements de caméra fluides complétée par une prise de son binaurale pour simuler le spectre d’écoute humaine renforçant la sensation d’immersion sonore.

Le tournage s’apparente à un tournage de court métrage de fiction et nécessite l’ensemble des besoins techniques classiques (régie, costumes, maquillages, etc...), associé à ce type de tournage en format allégé et concentré sur 5 jours selon le site.